jamais-contente-05012009

Camille Jenatzy : le Belge jamais content !

C’est une histoire vieille de plus d’un siècle, et pourtant, elle est toujours connectée à l’automobile moderne. Camille Jenatzy, ingénieur belge né à Schaerbeek en 1868, est devenu le héros de la première bataille de la vitesse sur routes.

Camille Jenatzy au volant de la Jamais Contente
Camille Jenatzy au volant de la Jamais Contente

Face au comte de Chasseloup-Laubat, Camille Jenatzy allait se livrer à un duel, une quête de vitesse. Le théâtre de cet affrontement se situe en France, à Achères. Une grande route, proche de Paris, lieu idéal pour tenter d’atteindre la vitesse la plus élevée. La barre des 60 km/h est atteinte par un français avec une Jeantaud électrique. 61,137 km/h, le comte de Chasseloup-Laubat tient là un beau record, et Jeantaud une publicité inestimable. A l’époque ou l’automobile est réservée à des amateurs fortunés, c’est vers les engins les plus rapides que le choix se porte.

Jamais Contente de Camille Jenatzy
Jamais Contente de Camille Jenatzy après le record de 1899

Camille Jenatzy sait que faire triompher une voiture sur cette ligne droite pourrait lui rapporter une immense publicité, et et lui permettre de vendre ses voitures électriques.

Pendant 5 ans, le « diable rouge » Camille Jenatzy va affronter le comte, pour tenter de dépasser les limites de la vitesse. Le 1 mai 1898, le Belge sera le premier homme à franchir le cap des 100 km/h. C’est au volant de la « Jamais Contente » qu’il atteignit la vitesse, fantastique pour l’époque, de 105,904 km/h.

100 km/h. Un chiffre qui aujourd’hui parait faible. Et pourtant. en se propulsant à cette vitesse, sur une vieille route de campagne, au milieu des champs, Camille Jenatzy est un pionnier de l’histoire automobile, un barbu possédé qui, sur sa voiture digne d’une fusée à roues, a lancé la quête de la vitesse, la recherche des limites. Certains voient dans la « Jamais Contente » la première voiture de course de l’histoire, une sorte de F1 du début du XXe siècle.

Jamais Contente de Camille Jenatzy
La Jamais Contente de Camille Jenatzy conservée aujourd’hui

Pour s’en faire une idée, une visite au musée de Compiègne vous permettra de vous faire votre avis. La Jamais Contente y est conservée, en parfait état de marche…

Sources : Les Rois de la Vitessse par Paul Clifton, C’est une histoire vieille de plus d’un siècle, et pourtant, elle est toujours connectée à l’automobile moderne. Camille Jenatzy, ingénieur belge né à Schaerbeek en 1868, est devenu le héros de la première bataille de la vitesse sur routes.

Face au comte de Chasseloup-Laubat, Camille Jenatzy allait se livrer à un duel, une quête de vitesse. Le théâtre de cet affrontement se situe en France, à Achères. Une grande route, proche de Paris, lieu idéal pour tenter d’atteindre la vitesse la plus élevée. La barre des 60 km/h est atteinte par un français avec une Jeantaud électrique. 61,137 km/h, le comte de Chasseloup-Laubat tient là un beau record, et Jeantaud une publicité inestimable. A l’époque ou l’automobile est réservée à des amateurs fortunés, c’est vers les engins les plus rapides que le choix se porte.

Camille Jenatzy sait que faire triompher une voiture sur cette ligne droite pourrait lui rapporter une immense publicité, et et lui permettre de vendre ses voitures électriques.

Jamais Contente de Camille Jenatzy
Jamais Contente de Camille Jenatzy

Pendant 5 ans, le « diable rouge » Camille Jenatzy va affronter le comte, pour tenter de dépasser les limites de la vitesse. Le 1 mai 1898, le Belge sera le premier homme à franchir le cap des 100 km/h. C’est au volant de la « Jamais Contente » qu’il atteignit la vitesse, fantastique pour l’époque, de 105,904 km/h.

100 km/h. Un chiffre qui aujourd’hui parait faible. Et pourtant. en se propulsant à cette vitesse, sur une vieille route de campagne, au milieu des champs, Camille Jenatzy est un pionnier de l’histoire automobile, un barbu possédé qui, sur sa voiture digne d’une fusée à roues, a lancé la quête de la vitesse, la recherche des limites. Certains voient dans la « Jamais Contente » la première voiture de course de l’histoire, une sorte de F1 du début du XXe siècle.

Pour s’en faire une idée, une visite au musée de Compiègne vous permettra de vous faire votre avis. La Jamais Contente y est conservée, en parfait état de marche…

Source : Les Rois de la Vitessse, Paul Clifton, Camille Jenatzy et la « Jamais Contente », article de Daniel Depris.
Immustration : Patrice Meignan, elle ne fut jamais contente

Geoffroy Barre

Rédacteur web, spécialiste des courses d'endurance, je partage mes découvertes avec vous sur Circuit Classic. On s'est déjà croisé au Mans, au Nurburgring, à Spa-Francorchamps ou peut-être à Daytona.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>