Le Mans 59

Lecture : Le Mans 1959, par Sir Stirling Moss

Je l’avoue, je ne connaissais pas en détails cette édition des 24 Heures du mans culte, 1959. Avec la mort de Caroll Shelby et Roy Salvadori en 2012, les vainqueurs de cette édition 1959 au volant d’une Aston martin DBR1, j’ai voulu me plonger dans cette course, en savoir plus. Très vite, c’est le livre de Stirling Moss, « Le Mans’59 by Stirling Moss » qui m’est apparu comme le meilleur choix. A cette époque, Moss est pilote chez Aston martin, et est un témoin privilégié de cette victoire.

Aston Martin DBR1 1959
Aston Martin DBR1 1959 © Aston Martin

Trouvé, commandé, livré, le livre de Sir Stirling Moss arrive. La couverture est abîmée  les pages un peu jaunies témoignent d’une conservation pas toujours optimale. Sur la deuxième de couverture, un mot, en anglais : « Pour Bruce, avec amour, Maman. Noel 59« . Drôle de sensation que celle d’ouvrir un livre, 50 ans après sa sortie, et d’y trouver un mot d’une maman qui avait trouvé, pour plusieurs livres sterling, le cadeau idéal. Si j’avais été gamin à Noël, en 59, c’est ce livre que j’aurai lu.

Moss n’a pas gagné Le Mans 1959. Les spécialistes des 24 Heures du Mans lui accordent toutefois un rôle essentiel dans la victoire de la marque anglaise. Moss, en tête une bonne partie de la course, est responsable de l’essoufflement des Ferrari, obligées de sortir la grosse attaque pour suivre son rythme. C’est en partie vrai. Mais ce que Moss raconte dans ce livre va bien plus loin. On y découvre des images d’époque à La Chartre sur le Loir, village choisi comme camp de base par Aston Martin. Les détails de chaque jour de la semaine mancelle sont présents, avec des photos des pilotes et de leurs femmes.

DBR1 Aston Martin, de 1959 à 2009
DBR1 Aston Martin, de 1959 à 2009 © Aston Martin

La double page centrale est un plan du circuit commenté par Stirling Moss avec les passages de vitesses et les régimes moteur à ne pas dépasser. Un régal de voir Le Mans dessiné à la règle, avec l’emplacement du Restaurant des Hunaudières comme repère pour enquiller la 5e vitesse. 1 km plus tard, à l’emplacement actuel du premier ralentisseur, Moss écrit 500 tours/min en 5e, 6000 en suivant une Ferrari. Magique.

Stirling Moss
Stirling Moss © Daimler AG
Livre Le Mans'59 par Stirling Moss
Livre Le Mans’59 par Stirling Moss

On découvre Stirling Moss amoureux de la course automobile, bien aidé par les clichés de Maxwell Boyd. Le pilote est toutefois assez critique envers les concurrents plus lents, tout comme Roy Salvadori, qui constate que les « pilotes français n’ont pas la même considération pour les pilotes plus rapides que les Anglais« . C’est écrit, noir sur blanc.

Un livre superbe, une plongée dans l’édition 1959 aux cotés des vainqueurs, grâce à Stirling Moss, témoin privilégié de ce succès.

Le Mans ’59 by Stirling Moss
Editeur : Cassell
Édition : First Edition (1959)
ASIN: B003QNDIAM

Geoffroy Barre

Rédacteur web, spécialiste des courses d'endurance, je partage mes découvertes avec vous sur Circuit Classic. On s'est déjà croisé au Mans, au Nurburgring, à Spa-Francorchamps ou peut-être à Daytona.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>