AUTO - TOUR AUTO 2012

Ludovic Le Boeuf et sa Jaguar Type E « Alain Figaret »

La marque de chemises et vêtements haut de gamme Alain Figaret est devenue incontournable dans le monde du sport automobile historique depuis quelques années. Habilleur officiel de certains des plus grands évènements, Alain Figaret est même, en 2012, devenu l’habilleur officiel des 24 Heures du Mans. Le Directeur Général d’Alain Figaret, Ludovic Le Boeuf, nous a accordé une entrevue pour nous parler de sa marque, et de son amour pour la compétition auto, lui qui parcoure les plus beaux tracés Européens avec sa Jaguar Type E.

Ludovic Le Boeuf - TOUR AUTO 2012
Ludovic Le Boeuf et sa femme Delphine, lors du Tour Auto 2012 © Jean Michel Le Meur / DPPI

Ludovic Le Boeuf arrive en 2008 à la direction de la maison Alain Figaret. Son diagnostic ne tarde pas. Si les vêtements de la marque Alain Figaret ont une bonne notoriété, acquise depuis les débuts en 1968, il faut mettre plus de lumière sur ce savoir-faire, le valoriser. Le sport-automobile apparait alors rapidement comme un domaine qui « colle » à l’image que Ludovic Le Boeuf souhaite donner à la marque.

« Les valeurs de savoir-faire, de passion, de transmission entre les générations sont inscrites dans le sport automobile classique. De jolies rencontres, et de la réflexion ont menés à ce choix du sport auto classique comme vecteur de communication » explique t-il. La marque Alain Figaret, propriété d’EPI (JM Weston, François Pinet) va donc s’investir aux cotés d’autres partenaires haut de gamme dans le monde de la voiture classique : « Horlogerie, banques privées, champagnes, optique, Le Mans Classic et d’autres évènements ont des partenaires prestigieux, aux cotés desquels Alain Figaret a sa place » explique Ludovic Le Boeuf.

Jaguar Type Alain Figaret, Dix Mille Tours du Castellet 2011
Jaguar Type E Alain Figaret, Dix Mille Tours du Castellet 2011 © Geoffroy Barre

En 2009, Alain Figaret devient alors partenaire du Tour Auto. Une relation durable se créé, et la marque devient aussi habilleur officiel de Le Mans Classic et des 24 Heures du Mans (depuis 2012). Un rêve de gosse pour Ludovic Le Boeuf, qui confie avoir deux passions depuis son enfance, l’auto et le beau vêtement. Ne lui parlez pas de sponsoring ! C’est de véritable partenariat qu’il est ici question. « Nous voulons nous impliquer dans ce monde de passionnés. Les amateurs de belles auto se rassemblent autour de nombreux sujets en commun : les belles montres, le bon vin, les belles voitures et les vêtements« . Une façon pour la marque de se créer une histoire et de conquérir de nouveaux clients. En parallèle, les points de vente sont repensés, de nouveaux magasins ouverts, une stratégie à 360°.

Jaguar Type E Alain Figaret
Ludovic Le Boeuf à l’approche des virages Ford, Le Mans Classic 2012 © Geoffroy Barre

La modernisation de la marque occupe Ludovic Le Boeuf à plein temps, mais il arrive à trouver quelques heures pour se glisser derrière le volant. Plutôt pratiquant au volant de voitures modernes, il tombe amoureux d’une Jaguar Type E. Celui qui, pour les chemises, défend une idée de l’élégance à la française, a craqué pour une Anglaise… « Je suis aussi amateur de françaises, notamment des Facel Vega, ou d’Italiennes comme les Ferrari 250 châssis court… mais la Type E, c’est un design intemporel, une forme. Elle date des années 60, période de naissance de la marque Alain Figaret. Le lien est tout tracé« .

Au volant de sa Type E, la relation est « fusionnelle ». « La voiture est présente, avec tous les sens, l’émotion ressentie est sublime, et mon attachement fut immédiat. Certes, cela accélère moins fort et freine moins bien qu’un prototype moderne, mais au Mans, la nuit, à 225 km/h dans les Hunaudières, c’est un plaisir à l’état brut » explique Ludovic Le Boeuf.

Jaguar Type E Le Mans Classic
Jaguar Type E de Ludovic Le Boeuf / Le Mans Classic 2010 © Atelier 46

Si les premières courses furent au volant d’une Type E avec baquets d’époque, les exigences de sécurité ont amené Ludovic Le Boeuf à y installer des sièges carbones, et à travailler à la sécurisation de l’ensemble. « La voiture est pour le moment en acier intégralement, et nous allons la passer en semi-lightweight pour 2013, avec de l’aluminium. Nous allons gagner 100kg, et ainsi gagner du temps sur la piste » explique t-il. L’esprit de compétition est là, même en historique ! « Je n’ai pas la prétention d’être un pilote, et je ne me prends pas pour quelqu’un que je ne suis pas. J’apprends, je discute avec les mécaniciens, et partage mon ressenti » explique t-il de manière humble. La Jaguar « Figaret » sera en piste en 2013 en Sixties Endurance, et au Tour Auto, avant de revenir en Sarthe en 2014 pour Le Mans Classic !

Geoffroy Barre

Rédacteur web, spécialiste des courses d'endurance, je partage mes découvertes avec vous sur Circuit Classic. On s'est déjà croisé au Mans, au Nurburgring, à Spa-Francorchamps ou peut-être à Daytona.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>