lewis-hamilton-44

La signification des numéros des pilotes de F1

Depuis la saison 2014 de Formule 1, les pilotes sont tenus de choisir un numéro permanent. En effet, alors que les numéros attribués changeait d’une saison à l’autre, voire même d’un événement à l’autre jusque dans les années 70, la Fédération Internationale de l’Automobile a souhaité arrêter ces changements et apporter de la stabilité dans la numérotation des pilotes. Ces derniers doivent faire leur choix entre 2 et 99. Le n°1 est en effet automatiquement attribué au Champion du Monde de F1 de l’année précédente. Celui-ci peut choisir de ne pas utiliser le n°1, et de conserver son numéro choisi. Ce fut le cas de Lewis Hamilton en 2015, qui a conservé le 44, malgré son titre de Champion du Monde des Pilotes de F1 acquis l’année passée.

Voici la liste des numéros retenus par les pilotes de F1 et leur signification, par ordre croissant.

3 – Daniel Ricciardo : ce numéro a été attribué au pilote Australien lors de ses débuts en karting et l’a suivi pendant sa carrière dans la discipline. Fan d’Ayrton Senna dans son enfance, Daniel Ricciardo admirait aussi Dale Earnhardt en Nascar, pilote qui portait le n°3.

4 – Max Chilton : le chiffre 4 est pratique pour Chilton, qui peut écrire son prénom « M4x ».

5 – Sebastian Vettel : ce numéro est celui que l’Allemand portait lors de son premier titre de Champion du Monde. Il a souvent eu ce numéro dans sa carrière, et c’est aussi le numéro que portait Michael Schumacher, un autre Allemand, lors de son premier sacre en 1994. Un choix logique donc.

6 – Nico Rosberg : c’est le numéro que portait Keke Rosberg, son père, lors de l’année de son titre en Formule 1 (1982, année mythique pendant laquelle 10 pilotes se sont imposés au cours de la saison et aucun n’a pu le faire plus de deux fois, Keke Rosberg ayant remporté le GP de Suisse organisé à Dijon, oui oui). Le n°6 est aussi le numéro porte-bonheur de la fiancée de Nico Rosberg, mais aussi celui qui a amené le pilote vers le titre en 2002 en championnat d’Allemagne de Formule BMW.

7 –  Kimi Räikkönen : « C’est le numéro que j’avais en 2013, alors je le garde »

8 – Romain Grosjean : le n°8 est un numéro que Romain Grosjean apprécie. On le voit régulièrement écrire son prénom « R8main », et il confie aussi que ce numéro est lié à sa femme, née le 8 décembre, qu’il a rencontré en 2008. Bon il y a aussi l’explication un peu plus fleur bleue : « à mes yeux mon fils est la huitième merveille du monde. C’est pour cela que j’ai choisi le numéro 8 »

9 – Marcus Ericsson : « j’aime bien ce numéro« . Alors prends-le Marcus !

10 – Kamui Kobayashi : le numéro que portait le pilote Japonais lors de ses débuts chez Toyota  F1 team en 2009. Son premier choix était le n°4.

11 – Sergio Pérez : numéro issu de son passage en karting

12 – Felipe Nasr : pour son premier championnat en Europe, la Formula BMW en 2009, Felipe Nasr avait retenu le n°12, qui lui a porté chance. Il a gagné le championnat dès sa première année.

13 – Pastor Maldonado : numéro qui porte malheur ? Pas au Venezuela assura Maldonado, qui explique d’ailleurs que ce numéro 13 a une longue histoire dans le sport vénézuélien. Si vous avez des références, on est preneurs !

14 – Fernando Alonso : l’Espagnol est superstitieux. Il a remporté le 14 juillet 1986 une course de karting, à l’âge de 14 ans, avec un kart portant le n°14.

17 – Jules Bianchi : pas d’explication sur ce choix. Bianchi souhaitait le 7, le 27 ou le 77… Mais il a finalement hérité du 17. La FIA a décidé de ne plus attribuer le n°17, après la disparition du jeune pilote Français, suite à son accident survenu à Suzuka.

19 – Felipe Massa : numéro porte-bonheur du Brésilien, il a gagné plusieurs courses et titres avec le 19. « Lorsque je ne pouvais pas avoir le 19, je choisissais le 91« . C’est aussi le premier numéro porté par Ayrton Senna en F1 chez Toleman en 1984.

20 – Kevin Magnussen : le numéro de ses débuts en karting, et celui de son titre en Formula Renault 3.5 Series.

21 – Esteban Gutiérez : le Mexicain avait 21 ans lors de son premier GP de F1.

22 – Jenson Button : ce numéro est très important pour le pilote Anglais, car c’est celui qu’il portait l’année de son titre avec Brawn GP en 2009.

25 – Jean-Eric Vergne : JEV est né un 25 décembre et a déjà porté le 25 lors de sa carrière en karting.

26 – Daniil Kvyat : la première course de karting en Russie du pilote était avec le 26, qui est également son jour de naissance (26 avril).

27 – Nico Hülkenberg : il ne semble pas y avoir d’explication. Peut-être est-ce une référence aux pilotes Ferrari qui ont été nombreux à utiliser le n°27 du début des années 80 au milieu des années 90 ? Gilles Villeneuve, Michele Alboreto, Nigel Mansell, Alain Prost et Jean Alesi ont arboré le n°27.

28 – Will Stevens : le pilote Anglais est né un 28 juin.

33 – Max Verstappen : numéro qu’il utilise depuis qu’il est enfant.

44 – Lewis Hamilton : l’Anglais a commencé à courir en karting avec ce numéro, et il le portait lorsqu’il a remporté son premier championnat en Angleterre. Il portait le 44 pour le Champions Of The Future series en 1996.

45 – André Lotterer : numéro qui était auparavant attribué à Alexander Rossi, ancien pilote d’essais de Caterham. Pour son seul GP en F1, André Lotterer aurait pu choisir le n°2 (avec lequel il s’est imposé au Mans en 2011 la première fois).

55 – Carlos Sainz Jr. : le pilote a indiqué que ce numéro lui permettait d’écrire son nom et son prénom avec son numéro de course : Carlo55ainz. Est-ce aussi un clin d’oeil au papa, Carlos Saint, vu en rallye avec le n°5, et avec sur les portières de sa Subaru, le nombre 555 ?

77 – Valtteri Bottas : le chiffre 77 s’intègre très bien dans le nom de famille du pilote en langage leat speek : Bo77as.

98 – Roberto Merhi : le pilote a déjà courri avec le n°98, mais il n’y a pas d’explication au sujet de ce choix.

99 – Adrian Sutil : dans la vie, il faut viser grand. Pour faire l’intéressant, Adrian Sutil a donc retenu le 99. Ouah !

Crédit photo : Mercedes AMG F1

Geoffroy Barre

Rédacteur web, spécialiste des courses d'endurance, je partage mes découvertes avec vous sur Circuit Classic. On s'est déjà croisé au Mans, au Nurburgring, à Spa-Francorchamps ou peut-être à Daytona.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>