WORLD RALLY CHAMPIONSHIP 2013 - RALLYE MONTE-CARLO

Entre Le Moulinon et La Bollène, « balades » sur les routes du Monte-Carlo

Des conditions météorologiques particulières et instables, des paysages magnifiques, des milliers de spectateurs venus de toute l’Europe, le Rallye Monte-Carlo est une épreuve mythique et atypique qui déchaine les passions. Cette année, Sébastien Loeb a récité avec maestria une partition qu’il maitrise depuis 11 ans, sans que ses adversaires puissent le contrarier. Retour sur une 81ème édition particulièrement intense !

Sébastien Loeb au sommet du Col du Turini © André Lavadinho | Citröen

Jeudi 17 Janvier 2013. 10 h 20. Il règne un calme assourdissant au bord de la route départementale 44 entre Saint-Bonnet-le-Froid et Saint-Julien-Molhesabate, au cœur de la campagne Ardéchoise. L’épaisse couche de neige qui tapisse le sol et l’asphalte rend l’atmosphère paisible et le paysage somptueux. Seuls les crépitements des feux de bois, réconfortants les spectateurs frigorifiés, viennent troubler ce silence lénifiant, mais éphémère…

Au loin, dans la vallée, le son strident d’un moteur bloqué à son rupteur plonge soudain l’ambiance dans une toute autre dimension. Sébastien Loeb et Daniel Elena, neuf fois Champions du Monde, s’élancent depuis la zone de départ pour 25 kilomètres d’une épreuve spéciale légendaire du Rallye Monte-Carlo. Au fil des minutes, la DS3 WRC n°1 se rapproche. A grands coups d’accélérateur savamment dosés, le tricolore met en exergue son immense talent et son expérience pour se propulser de virages en virages au prix de longues dérives maitrisées. Tel un funambule, dont la maitrise du pilotage est à la mesure de son palmarès, Sébastien Loeb déboule entre deux rangées de sapins à une vitesse à peine imaginable sur une surface aussi piégeuse et glissante. Appel, contre-appel, légèrement sur les freins, le nez de la Citroën plonge dans une corde avant que le duo franco-monégasque ne disparaisse laissant derrière lui un brouillard de neige fine en suspension. Les spectateurs exultent, fascinés par le spectacle oubliant un instant le froid glacial et pénétrant. La magie du Monte-Carl’ opère sans équivoque.

Sébastien Ogier au volant de la VW Polo R WRC © Volkswagen Motorsport

Car cette épreuve n’est pas comme les autres. Par sa longueur, la diversité de son parcours et l’implacable impact de la météo sur son déroulement, les meilleurs pilotes Mondiaux qui affrontent ces routes de l’Ardèche et des Alpes-Maritimes le font avec autant de détermination que d’humilité. Moulinet, La Bollène-Vésubie, Saint-Jean-en-Royans, Saint-Bonnet-le-Froid, Burzet, Le Moulinon… tant de lieux ayant marqués l’histoire du plus prestigieux des rallyes du Championnat du Monde. Pour le coup d’envoi de cette saison 2013, le parcours était parfaitement dessiné et agrémentée d’importantes chutes de neige, la scène ne pouvait être plus belle.

Belle mais diablement dangereuse, cette scène n’a pas épargné les pilotes, même les meilleurs. L’ES14, disputée Samedi 19 Janvier entre Moulinet et La Bollène Vésubie n’a pas failli à sa réputation légendaire. Si les 23 kilomètres de cette spéciale présentent peu de spécificités sur une asphalte sèche, la mythique montée vers le Col du Turini devient angoissante lorsque la neige et la glace brouillent les cartes. Evgeny Novikov et Jari-Matti Latvala n’ont ainsi pas « survécu » à ce monument du Monte-Carlo, laissant Bryan Bouffier signer un premier scratch historique pendant que Sébastien Loeb et Sébastien Ogier limitaient la casse malgré plusieurs frayeurs.

Bryan Bouffier signe son premier scratch en Mondial © BESTOFRALLYLIVE Powered By Michelin

Demandez à François Delecour, Colin McRae, Petter Solberg ou Marcus Grönholm si une victoire est acquise avant la dernière nuit du Turini. Bien que le Monte-Carl’ peut être cruel et parfois briser les espoirs des plus grands champions, il n’en réserve pas moins d’exceptionnelles émotions. Fonçant dans l’obscurité inquiétante de la forêt dont seuls les phares « longues portées » semblent dessiner le parcours d’épingles en épingles, les pilotes surgissent au sommet de ce col légendaire dans de spectaculaires contre-braquages, puis aveuglés par les flashs du public, replongent vers une descente vertigineuse tout aussi fertile en traquenards potentiellement fatals. Cette année, Sébastien Loeb et Daniel Elena remportent leur 7ème Monte-Carlo, peut-être leur dernier, face à Sébastien Ogier et Julien Ingrassia qui prouvent une fois de plus leur immense potentiel en Mondial. Nul doute qu’une fois encore, le plus prestigieux des rallyes a donné le coup d’envoi d’une saison palpitante !

Le Monte-Carlo et ses magnifiques paysages © BESTOFRALLYLIVE Powered By Michelin

Pierre-Yves Riom

Responsable de l’agence de communication SpeedCom-Paris, je collabore également pour différents médias spécialisés dont Circuit Classic. Tout autant passionné des courses d’endurance, de monoplaces et des rallyes, j’aime cultiver l’éclectisme de mes connaissances en rédigeant sur les véhicules d’exception

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>