Talbot Lago T150C Competition Roadster

Talbot Lago T150C, la française d’avant-guerre

Peu de temps après avoir pris le contrôle de la branche française du groupe Sunbeam-Talbot Darracq, Anthony Lago a exprimé son désir de mettre le plus rapidement sur la piste la nouvelle marque, Talbot Lago. Il a ainsi demandé à son compatriote italien et ingénieur en chef chez Talbot, Walter Becchia de créer une voiture de sport qui pourrait être utilisée à la fois sur la route et sur piste. Découvrez cette Talbot Lago 150C, une voiture « millionnaire » vendue à Rétromobile 2013.

Talbot Lago T150C Competition Roadster
Talbot Lago T150C Competition Roadster © Geoffroy Barre

Les travaux ont débuté à la fin de l’année 1935, avec les 24 Heures du Mans l’année suivante comme objectif. Pour tirer le meilleur parti d’une nouvelle classe de quatre litres, l’actuel « T150″ moteur à six cylindres a été gonflé de 2996cc à 3994cc. Avec la combinaison d’un bloc en fonte et d’une tête de cylindre en alliage d’aluminium, le nouveau moteur disposait de trois carburateurs Stromberg.

Talbot Lago T150C Competition Roadster
Le Mans, terrain de chasse de la Talbot Lago T150C Competition Roadster © Geoffroy Barre

Pour la saison 1936, quatre exemplaires ont été réalisés. Pour des raisons d’homologation, des châssis de voiture de route ont été construits. Deux des voitures de compétition ont été vendus à des clients qui bénéficiaient d’un soutien considérable de la part de l’équipe. En effet, pour assurer son engagement en courses et établir le financement de son équipe officielle composée de René Dreyfus et André Morel, Lago n’a pas d’autre choix que de vendre deux des quatre voitures construites. Elles resteront cependant préparées à l’usine; l’une est acquise par Pierre Louis-Dreyfus qui, pour des raisons de discrétion, court alors sous le pseudonyme de « Heldé », l’autre par est vendue à Francique Cadot, un amateur lyonnais peu connu.

A bord de la Talbot Lago T150C Competition Roadster
Intérieur de la Talbot Lago T150C Competition Roadster © Geoffroy Barre

Malheureusement, les 24 Heures du Mans ont été annulées en raison de grèves massives, et c’est ainsi que la Talbot Lago a fait ses débuts au Grand Prix de France. Pendant les années suivantes, les voitures ont sillonné l’Europe. À partir de 1937, deux châssis supplémentaires ont été engagés. Parmi les nombreux évènements auxquels les T150C ont participé, on peu citer les Mille Miglia, les 24 Heures du Mans et le Tourist Trophy. Parmi les grandes victoires, le Grand Prix de France 1937, le Tourist Trophy 1937. Même après guerre, les Talbot Lago étaient compétitives : une victoire à Goodwood sera décrochée en 1953 !

Vue arrière de la Talbot Lago T150C Competition Roadster
La Talbot Lago T150C Competition Roadster en vue arrière © Geoffroy Barre

En effet, après la longue interruption due au conflit mondial, les pilotes ressortent avec le matériel existant qu’ils utilisent dans les GP disputés pour la plupart en Formule libre pour permettre d’intégrer tous les volontaires aux maigres grilles ; parmi eux naturellement  » Levegh  » au volant de sa Talbot. Il participe à l’épreuve du renouveau en septembre 1945 au bois de Boulogne et enregistre en 1946 quelques belles performances notamment les 2e places obtenues aux GP de Belgique, de Nantes et des trois villes du Nord.

A l’occasion du Salon Rétromobile 2013, la Talbot-Lago T150C de 1936, estimée 1.200.000 a été acquise par un collectionneur français au prix de 1.461.800 euros.

Geoffroy Barre

Rédacteur web, spécialiste des courses d'endurance, je partage mes découvertes avec vous sur Circuit Classic. On s'est déjà croisé au Mans, au Nurburgring, à Spa-Francorchamps ou peut-être à Daytona.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>